Home > Revelers in Amsterdam hit dancefloor for club night experiment

News
Revelers in Amsterdam hit dancefloor for club night experiment

Description

1,300 dance enthusiasts took part in a trial party investigating how large groups can gather safely in times of coronavirus.

Added on the 07/03/2021 22:05:05 - Copyright : Euronews EN

To customise your video :

Or Create an account

More videos on the subject

  • Saturday night fever: Amsterdam clubbers hit the dancefloor for COVID-19 experiment

    Those who attended had to present a negative coronavirus test 48 hours before the event, and they have been asked to take another coronavirus test five days after the event.

    08/03/2021 - Euronews EN
  • European Sleeper: New Brussels-Prague night train aims to hit the tracks next year

    The project aims to capitalise on surging demand for climate-friendly travel.

    09/04/2021 - Euronews EN
  • Riots over Dutch COVID curfew hit for a third successive night

    The violence is over the Netherlands' recently approved 9pm-4:30am coronavirus curfew.

    26/01/2021 - Euronews EN
  • Dolly Parton is planning to make a film about her hit 'I Will Always Love You'

    Dolly Parton has plans to pen a film about her mega-hit 'I Will Always Love You' if her Netflix anthology series succeeds.

    26/11/2019 - BANG Showbiz
  • Robots take up pole dancing at French night club

    Robot

    31/08/2019 - Euronews EN
  • Les éthylotests disponibles dans les commerces qui vendent de l'alcool dès juillet

    Jusque-là, seules les discothèques et les épiceries de nuit devaient proposer des éthylotests à leurs clients. Cette obligation va bientôt s'étendre à tous les magasins qui vendent de l'alcool. Mais Julien Chivé, caviste bordelais, n'est pas vraiment convaincu. "Je trouve que ça ne sert pas à grand-chose. Les gens savent bien qu'après deux verres, il faut s'arrêter si on veut reprendre la voiture. Et les clients rencontrés ce jeudi matin ne voient pas non plus l'intérêt d'en acheter. "Ca me semble absurde", lance l'un d'eux. "De toute façon, après deux verres, on sera positif, donc c'est à chacun de se gérer", explique un autre.Dans l'épicerie de Virgine Matheron, à Talence (Gironde), il est difficile de trouver une place pour les éthylotests. La gérante doit enlever des produits et envisage surtout des coûts supplémentaires. En effet, dans le supermarché Carrefour City, qui en commercialise depuis un an, ces produits ne sont pas très populaires. "On en a vendu trois en un an", confie le gérant. Près de 50 000 commerçants devraient proposer des éthylotests à partir du 1er juillet, sous peine d'une amende de 675 euros.

    08/04/2021 - LCI