Home > Yemen conflict - Humanitarian conditions are catastrophic

News
Yemen conflict - Humanitarian conditions are catastrophic

Description

Elisabeth Kendall, A research fellow at Oxford University, explains the situation in Yemen

Added on the 02/03/2018 11:10:35 - Copyright : France 24 EN

To customise your video :

Or Create an account

More videos on the subject

  • UN calls on donors to step up humanitarian aid in Yemen

    Sanaa (Yemen), Oct 21 (EFE / EPA) .- (Camera: Yahya Arhab) The United Nations (UN) has been forced to reduce and suspend 16 humanitarian programs in Yemen, while another 26 are under threat due to lack of funding.FOOTAGE OF A CHILDREN'S HOSPITAL IN SANAA.

    21/10/2020 - EFE Inglés
  • Yemeni anti-war protest march arrives in Hodeida

    A group of young Yemenis arrive in the coastal town of Hodeida after taking part in a anti-war protest march from the capital Sanaa.

    25/04/2017 - AFP EN
  • Humanitarian situation in Yemen deteriorates: WFP

    Engulfed in war for over two years, the humanitarian situation in Yemen continues to deteriorate. In response, aid organisation the World Food Programme (WFP) is mounting interventions that they hope will reach over 9 million people.

    24/04/2017 - AFP EN
  • Yemenis on 'humanitarian march' to protest war

    A group of young Yemenis set out from rebel-held capital Sanaa on a 225 kilometre (140 mile) march to protest at the war and humanitarian crisis wracking their country.

    19/04/2017 - AFP EN
  • United Nations aid chief in Sanaa to assess humanitarian needs

    The United Nations aid chief Stephen O’Brien arrives in the Yemeni capital Sanaa to assess the humanitarian needs in the country.

    27/02/2017 - AFP EN
  • Les éthylotests disponibles dans les commerces qui vendent de l'alcool dès juillet

    Jusque-là, seules les discothèques et les épiceries de nuit devaient proposer des éthylotests à leurs clients. Cette obligation va bientôt s'étendre à tous les magasins qui vendent de l'alcool. Mais Julien Chivé, caviste bordelais, n'est pas vraiment convaincu. "Je trouve que ça ne sert pas à grand-chose. Les gens savent bien qu'après deux verres, il faut s'arrêter si on veut reprendre la voiture. Et les clients rencontrés ce jeudi matin ne voient pas non plus l'intérêt d'en acheter. "Ca me semble absurde", lance l'un d'eux. "De toute façon, après deux verres, on sera positif, donc c'est à chacun de se gérer", explique un autre.Dans l'épicerie de Virgine Matheron, à Talence (Gironde), il est difficile de trouver une place pour les éthylotests. La gérante doit enlever des produits et envisage surtout des coûts supplémentaires. En effet, dans le supermarché Carrefour City, qui en commercialise depuis un an, ces produits ne sont pas très populaires. "On en a vendu trois en un an", confie le gérant. Près de 50 000 commerçants devraient proposer des éthylotests à partir du 1er juillet, sous peine d'une amende de 675 euros.

    08/04/2021 - LCI