Home > A rubbish job for donkeys in Iraqi-Kurdish town

News
A rubbish job for donkeys in Iraqi-Kurdish town

Description

Municipal workers wander the narrow alleyways of the northern Iraqi-Kurdish town of Akre, some 500 kms north Baghdad, collecting rubbish with the help of donkeys, as the small streets and steps of the town rule out more usual rubbish collection methods.

Added on the 22/02/2021 16:57:31 - Copyright : AFP EN

To customise your video :

Or Create an account

More videos on the subject

  • Donkeys at dawn: a rubbish job in the Algiers Kasbah

    It's a rubbish job, but someone has to do it. Or some animal: in the alleyways of Algiers' famed Kasbah, donkeys shift tonnes of trash every day.

    20/06/2017 - AFP EN
  • Iraqi Kurdish leader visits town recaptured from IS

    Iraqi Kurdish leader Massud Barzani visits the Iraqi town of Bashiqa to meet Muslim, Christian and Yazidi religious leaders. Kurdish forces recaptured Bashiqa from the Islamic State group on November 8, one of final steps in securing the eastern approaches to jihadist-held Mosul.

    16/11/2016 - AFP EN
  • Kurdish militia join battle to retake Iraqi town

    Kurdish armed forces from Iraq and Syria have come together in fight to reclaim Iraqi town of Sinjar from Islamic State. Natasha Howitt reports.

    13/11/2015 - Reuters EN
  • Les éthylotests disponibles dans les commerces qui vendent de l'alcool dès juillet

    Jusque-là, seules les discothèques et les épiceries de nuit devaient proposer des éthylotests à leurs clients. Cette obligation va bientôt s'étendre à tous les magasins qui vendent de l'alcool. Mais Julien Chivé, caviste bordelais, n'est pas vraiment convaincu. "Je trouve que ça ne sert pas à grand-chose. Les gens savent bien qu'après deux verres, il faut s'arrêter si on veut reprendre la voiture. Et les clients rencontrés ce jeudi matin ne voient pas non plus l'intérêt d'en acheter. "Ca me semble absurde", lance l'un d'eux. "De toute façon, après deux verres, on sera positif, donc c'est à chacun de se gérer", explique un autre.Dans l'épicerie de Virgine Matheron, à Talence (Gironde), il est difficile de trouver une place pour les éthylotests. La gérante doit enlever des produits et envisage surtout des coûts supplémentaires. En effet, dans le supermarché Carrefour City, qui en commercialise depuis un an, ces produits ne sont pas très populaires. "On en a vendu trois en un an", confie le gérant. Près de 50 000 commerçants devraient proposer des éthylotests à partir du 1er juillet, sous peine d'une amende de 675 euros.

    08/04/2021 - LCI