Home > Facebook takes down hundreds of fake Russian Instagram accounts

News
Facebook takes down hundreds of fake Russian Instagram accounts

Description

Facebook has taken down more than 500 accounts aiming to drown out the online conversation about pro-Navalny demonstrations.

Added on the 04/03/2021 18:36:30 - Copyright : Euronews EN

To customise your video :

Or Create an account

More videos on the subject

  • How are conspiracy theories amplified online? | #TheCube

    In the age of TikTok and Twitter, conspiracies are gaining a new lease of life on our social media feeds. But why do people believe conspiracy theories and who's behind some of the biggest online?

    17/07/2020 - Euronews EN
  • Teenagers abandoning Facebook

    A news study confirms teenagers are shunning Facebook in favour of YouTube, Snapchat and Instagram.

    05/06/2018 - BANG Showbiz
  • Is Kim Kardashian Going To Jail

    Kim Kardashian could be facing some time in prison as she defended her husband Kanye West against Taylor Swift and her insults on social media. The social media war began right after the debacle between Swift and her now ex Calvin Harris. In the state of California, it is illegal to record video of a private conversation without the consent of the parties in the video. She had no permission from Taylor Swift which means she can press charges. Check back for more on this developing story.

    25/07/2016 - Celebrity WIre
  • Les éthylotests disponibles dans les commerces qui vendent de l'alcool dès juillet

    Jusque-là, seules les discothèques et les épiceries de nuit devaient proposer des éthylotests à leurs clients. Cette obligation va bientôt s'étendre à tous les magasins qui vendent de l'alcool. Mais Julien Chivé, caviste bordelais, n'est pas vraiment convaincu. "Je trouve que ça ne sert pas à grand-chose. Les gens savent bien qu'après deux verres, il faut s'arrêter si on veut reprendre la voiture. Et les clients rencontrés ce jeudi matin ne voient pas non plus l'intérêt d'en acheter. "Ca me semble absurde", lance l'un d'eux. "De toute façon, après deux verres, on sera positif, donc c'est à chacun de se gérer", explique un autre.Dans l'épicerie de Virgine Matheron, à Talence (Gironde), il est difficile de trouver une place pour les éthylotests. La gérante doit enlever des produits et envisage surtout des coûts supplémentaires. En effet, dans le supermarché Carrefour City, qui en commercialise depuis un an, ces produits ne sont pas très populaires. "On en a vendu trois en un an", confie le gérant. Près de 50 000 commerçants devraient proposer des éthylotests à partir du 1er juillet, sous peine d'une amende de 675 euros.

    08/04/2021 - LCI